Com'Action

Plaidoyer sur la situation des femmes Ivoirienne

Mardi dernier, le monde entier avait eu connaissance de ce qui s’était passé la veille (dans la soirée) en Côte d’Ivoire, l’épisode de la NCI !

On était tous (enfin presque) tombés des nues à la vue de cette grosse sortie de route.

Des plaies se sont ré-ouvertes, des larmes ont encore coulé, des vies ont été secouées à nouveau, en un mot, on a eu MAL.

Mal de voir à quel point l’on avait touché le fond.

Mal de voir des valeurs si chères à notre société avait foutu le camp.

Mal de voir que la douleur de femmes, filles, et fillettes violées pouvaient être considérées comme anodines.

On a vu des réactions (énormément de réactions).

Il y a des personnes qui essayaient tant bien que mal à faire comprendre aux uns et aux autres que le VIOL est un CRIME.

Et d’autres qui trouvaient le « sujet inutile pour un tel tapage » (j’ai vu cette phrase en commentaire d’une publication.)

On a également eu des actions.

Parmi les actions, il eut le sit-in devant le siège de la NCI et la conférence de presse, du collectif des activistes contre les Violences Basées sur le Genre composé des organisations telles que Ecoutez Moi Aussi CIV, Stop au Chat Noir, La Ligue etc.

Ces organisations qui jour et nuit militent pour le bien-être des femmes, qui par leur propre moyen se battent pour que des femmes puissent « revivre » après les atrocités vécues.

Mais une des choses m’a donné des brûlures d’estomac (ce n’était pas la seule),

J’ai pu lire ça et là que tout « ce tapage sur les réseaux » par les activistes était juste pour « attirer les regards », un « buzz », et certains ont même jugé qu’il y avait des combats bien plus importants que celui du VIOL.

Serious guys ?

Pourquoi comparer l’incomparable à tout moment ?

Vous n’imaginez pas le travail qui est fait en back par ces organismes ?

Est-ce que vous savez par exemple qu’en mars (le 24 mars), a été remis au ministère un plaidoyer sur lequel le collectif a eu à travailler pendant des semaines afin d’améliorer la situation des femmes en Côte d’Ivoire ?

Savez-vous combien de cas de viols la ligue reçoit chaque jour ?

On dit que, quand on ne connaît pas quelque chose, il ne faut pas avoir peur de demander.

Salir la réputation de nobles personnes n’engendrera que leur élévation (même si elles prendront des coups au passage).

Ayons pour habitude de RESPECTER les efforts des autres même si l’on pense ne pas se sentir concerné.

D’ailleurs le VIOL nous concerne TOUS (oui oui), et le Combat CONTINUERA !

?? ? : image du 24 mars 2021 lors de la remise du plaidoyer sur la situation des femmes en Côte d’Ivoire à la représentante du ministre de la femme, de la famille et de l’enfant.

?? ? : Les points énumérés dans le plaidoyer sont :

– L’absence de loi sur la santé de la Reproduction

– La prévention et la prise en charge des survivantes de Violences Basées sur le Genre,

– La prise en compte des besoins spécifiques des femmes vivants avec un handicap;

– La gestion de l’hygiène menstruelle.

Leave feedback about this

  • Quality
  • Price
  • Service
Choose Image